Version à imprimer

Ukraine : soulèvement populaire ou règlement de comptes entre cliques bourgeoises ?

Analyses dans le camp internationaliste

 

Controverses Impromptu n°1 : Introduction de l’éditeur

 

PDF - 1.4 Mo
Controversies Impromptu No. 1
Ukraine :Analyses in the internationalist camp

 

Les récents événements en Ukraine ont surpris beaucoup de monde et continuent de le faire. Une modeste protestation, de rue en novembre dernier, contre le rejet d’un accord d’association avec l’U.E. par le président Yanoukovitch, en faveur d’un accord avec Moscou, s’est transformée en un mouvement de manifestations et d’occupations de bâtiments gouvernementaux dans de nombreuses parties du pays et ont fini en un soulèvement populaire qui était capable de résister aux forces de police et aux snipers de Yanoukovitch sur la place Maidan de Kiev, y compris sur le plan militaire, au prix de dizaines de morts et de nombreux blessés, mais chassant le dictateur de ses fonctions.

Depuis lors les événements se déroulent à une allure à couper le souffle : le Parlement de Kiev évince le Président de ses fonctions avec le soutien de son “parti des régions” ; un gouvernement provisoire est formé par trois partis d’opposition qui rétablissent la constitution de 2004 et annoncent des nouvelles élections présidentielles et parlementaires le 25 mai. Il déclare immédiatement que la population devra faire des sacrifices afin de sauver le pays de son état d’urgence économique. Dans plusieurs villes de l’Est du pays des affrontements, parfois des heurts violents, ont lieu entre manifestants pro-russes et pro-Ukrainiens. Moscou répond à l’éviction de Yanoukovitch par des sanctions économiques contre Kiev, une prise du pouvoir pro-russe à Simferopol et l’occupation militaire de la péninsule de Crimée. à une campagne assourdissante sur la menace présumée d’une occupation militaire de l’Ukraine orientale par la Russie et l’illégalité de l’annexion russe de la Crimée, répond une campagne contre “un coup d’État fasciste à Kiev soutenu par l’UE”. Dans une escalade de mesures et contre-mesures, Washington a arrêté sa coopération avec Moscou sur la destruction des armes chimiques en Syrie. En réponse, Moscou a renoncé à sa coopération avec le contrôle international de ses installations militaires. À leur tour, les USA renforcent leur présence militaire en Europe Orientale. Tous les pays de l’Ouest promettent un ‘soutien économique’ au gouvernement provisoire de Kiev et annoncent des ‘sanctions économiques’ contre Yanoukovich, Poutine et leurs entourages. Un imbroglio se développe que nous n’avons pas vu depuis l’explosion du bloc Oriental en 1989 et l’écroulement ultérieur de l’Union soviétique en 1990. Au milieu de la lutte sur des sphères d’influence la classe ouvrière, qui est visée par des mesures de rigueur, a des difficultés à se manifester sur son terrain de lutte de classe. La situation semble être dominée par des fractions d’une bourgeoise nationale aux abois et en collusion avec des ultra-nationalistes, autant que par des rivalités entre pouvoirs occidentaux (les USA et l’Allemagne d’abord) et orientaux (la Russie, la Chine) autour d’un terrain de chasse d’envergure et charnier entre l’Europe et l’Asie - ce qui pousse les ouvriers à faussement choisir entre deux camps opposés de son ennemie de classe.

Cette collection Impromptu ne défend pas une analyse achevée de la situation en Ukraine et autour de l’Ukraine, de la Russie et du mouvement de révolte de la place Maidan mais veut présenter un matériel pour un débat au sein des milieux internationalistes et pro-révolutionnaires. Elle rassemble un certain nombre d’articles et déclarations récemment publiés qui éclairent le mouvement surprenant de Maidan et ses conséquences depuis des positions et angles différentes et souvent contradictoires. En premier lieu des déclarations et témoignages de la part de groupes engagés dans la région.

Elle s’ouvre avec deux lettres du Groupe Praxis à Moscou et Kiev sur les mouvements en Ukraine et en Russie (A. Gusev et J. Gusseva), suivi par deux communiqués de la “Confédération des syndicats libres” d’Ukraine, une déclaration des internationalistes anarchistes en Russie et en plusieurs pays en Europe de l’Est, puis trois déclarations du Syndicat Autonome des Travailleurs de ce pays (p. 4-10).

Deux entretiens exhaustifs avec des témoins oculaires éclairent la situation sociale, politique et économique et le mouvement Maidan plus en détail : un entretien avec un syndicaliste révolutionnaire de Kiev (Denis) le 19 février ; Maidan et ses contradictions, (p. 11) et un enregistrement de la deuxième partie de la conversation avec Gabriel Levy à Londres le 1 mars : Un tremblement de terre politique pour l’Europe et la Russie (p.32)

Ensuite, nous avons la prise de position et l’analyse de trois groupes du spectre de la gauche communiste internationaliste. Dans l’ordre ; celle de la Tendance Communiste Internationaliste (TCI) du 3 février, celle du Parti Communiste International (PCI, Le Prolétaire) de la fin février et le bulletin spécial de Mouvement Communiste (MC) du 4 mars (pp. 20-27)

Sur le site web “Article 11” Charles Reeves lance un appel pour la réflexion et la discussion dans les milieux libertaires sur la difficulté à comprendre la situation en Ukraine, en lien avec l’implication de groupes ultra-nationalistes (ou fascistes ?) dans le mouvement : Démystifier Euromaidan – révoltes et héritage du socialisme réel (p. 29). Il réagit, parmi d’autres, à l’entretien depuis Kiev sus-mentionné.

Deux courts textes, la page 31, proposent respectivement le contexte de tensions impérialistes, confrontations et alliances changeantes au niveau mondial et celui de la crise de restructuration du capital comme point de départ pour de nouvelles réflexions dans un cadre plus large. Pour conclure cet ensemble, Richard Greeman, collaborateur du Groupe Praxis, répond aux inquiétudes que le mouvement populaire-démocratique dans les pays de l’Europe de l’Est a suscité dans les milieux internationalistes et pro-révolutionnaires à l’Ouest : Les arbres qui cachent la forêt (p. 36).

Les contributions sont en français ou en anglais, selon l’origine des textes. La plupart sont repris d’Internet. Ils ne représentent pas nécessairement la vision ou les avis des éditeurs de cette publication. Dans les notes et références nous avons inclus des liens qui peuvent être directement activés dans un navigateur Internet de la version pdf de cette édition.

Jac. Johanson, 20 mars 2014